Éco-ingénierie

L’œuvre d'une vie en matière d'électromobilité.

E pour électrique. I pour ingénierie. E pour Eva. En matière d'e-mobilité, l'ingénierie est incontournable – de même que Eva Håkansson. L'ingénieure en mécanique met tout en œuvre pour faire avancer l'électromobilité. Pour des raisons de durabilité.

«
Il n'y a pas eu de révélation. Le concept de durabilité m'accompagne depuis toute petite. Nous étions sensibilisés. Cela a toujours été une simple évidence.
»

Eva Håkansson

C'est la première fois qu'Eva vient à Berlin. Elle a cinq heures pour les visites de monuments sous le ciel bleu de la capitale. Mais Eva Håkansson esquive littéralement la porte de Brandebourg et la colonne de la Victoire pour filer vers Spandau. La Suédoise a choisi d'aller visiter l'usine BMW Motorrad, en se concentrant particulièrement sur la chaîne de montage du maxi scooter électrique BMW C evolution. C'est quelque chose qu'on ne voit probablement pas tous les jours. Mais Eva Håkansson n'a jamais essayé d'aller dans le même sens que les autres. C'est plutôt un poisson qui nage à contre-courant.

À 27 ans, elle présentait la moto électrique qu'elle avait conçu elle-même au parlement suédois. Plus tard, elle établissait le record de la pilote de moto la plus rapide du monde avec son streamliner électrique, record qui n'a toujours pas été battu à ce jour. La diplômée en ingénierie aura bientôt sa licence de pilote. Non pas tant pour voler, mais plutôt pour développer davantage l'électromobilité dans le transport aérien. Ainsi, elle fait ce qu'elle fait toujours à Berlin : développer en permanence ses connaissances inégalées sur l'e-mobilité et réaliser un travail pédagogique dans les tables rondes sur la mobilité du futur.

+ Lire la suite

Mobilité d'hier

« Tourisme » dans l'usine BMW Motorrad à Berlin.

Non, les véhicules électriques ne sont pas vraiment nouveaux. Ils existaient avant que le premier moteur à combustion n'arpente les chemins de gravier de l'époque. Trouvé a présenté le premier véhicule électrique officiellement reconnu en 1881 à l'Exposition d'Électricité de Paris. Il pouvait parcourir 14 à 26 kilomètres à une vitesse de 12 kilomètres par heure. Tandis qu'aux États-Unis, dans les années 1900, la plupart des transports étaient électriques, l'invention du moteur électrique de démarrage et l'augmentation de la production mondiale de pétrole ont rapidement fait émerger le moteur à combustion. Dix ans plus tard, la voiture électrique a largement disparu des routes – et ne doit son retour dans l'esprit collectif qu'à des questions de pollution de l'air, de durabilité et de changement climatique.

+ Lire la suite

Test assis sur le BMW C evolution.

Toutefois, Eva Håkansson s'est intéressée à ce domaine beaucoup plus tôt que la moyenne. Pour être précis, depuis sa naissance en 1981. Son père développait des scooters électriques dans les années 70, suivis ensuite par des motos de course électriques économes en énergie puis par la première moto trial électrique du monde. Eva a grandi entourée de véhicules électriques. Lorsque son frère aîné a remporté un prix de jeune talent à l'âge de 16 ans avec une voiture hybride qu'il avait conçue, l'ambition d'Eva était née. Elle a alors investi son temps dans des projets scientifiques et remporté plusieurs prix. À l'âge de 19 ans, elle a représenté la Suède au Science and Engineering Fair de Détroit, puis a remporté le Science Symposium de Londres. Bien d'autres récompenses ont suivi, la plus récente étant le Signs Award : Eva a été distinguée par le Prince Léopold de Bavière dans la catégorie « Passion for communication ».

+ Lire la suite

Accélération et frisson

On n'en sait jamais suffisamment : Eva inspire le BMW C evolution sur la ligne de production.    


L'ancien pilote a été impressionné par le dévouement passionné d'Eva, mais surtout par la vitesse qu'elle a réussi à atteindre avec un véhicule électrique. Bonneville Salt Flats, dans l'Utah. Avec son streamliner électrique conçu par elle-même, Eva Håkansson s'est mesurée à d'autres fous de vitesse sur le lac salé et a établi le record en 2014. Elle est considérée depuis lors comme la pilote de moto la plus rapide du monde. Il ne s'agit pas seulement de rechercher le frisson de la vitesse, mais surtout les sensations que procurent les performances mécaniques. Elle a construit son véhicule elle-même, y consacrant d'innombrables heures au prix de quelques litres de sang, de sueur et de larmes. Elle l'a mis au point et conçu en utilisant toutes ses connaissances. « J'ai besoin d'essayer des choses que personne n'a jamais faites. C'est une satisfaction incroyable de défier les limites de la technologie et de mes propres capacités ».

+ Lire la suite

« Les personnes qui aiment l'accélération adoreront les véhicules électriques », indique Eva Håkansson.

Lorsque Eva atteint les limites de la technologie et établit des records, elle se fait remarquer – et c'est là l'essentiel pour elle. Elle peut se servir de cette attention pour se battre pour – le terme n'est pas trop fort – l’œuvre de sa vie. « Je veux montrer que les véhicules électriques peuvent être rapides et sexy. La décision d'achat est dictée par les émotions. Pour que les gens achètent, l'électrique doit donc devenir un symbole de statut social tout en paraissant intelligent. Si nous voulons continuer à vivre sur cette planète, nous devons agir. Selon moi, la tendance est à la conduite autonome. Et dans ce domaine, rien ne fonctionne mieux que les véhicules électriques, parce qu'ils sont faciles à contrôler. »

+ Lire la suite
«
Je travaille la nuit et observe le développement d'une idée. Elle apparaît dans ma tête, je la mets en pratique avec mes mains et la regarde prendre forme.
»

Eva Håkansson

C EVOLUTION

Mobilité urbaine

En savoir plus

Là pour durer

Eva est connue pour ses discours passionnés sur le thème de l'e-mobilité.

Après les hauts et les bas traversés par le véhicule électrique au cours des dernières décennies, le développement de la batterie au lithium pour les téléphones mobiles a été à l'origine de la percée de l'e-mobilité. La discussion autour des toutes nouvelles questions liées à l'environnement est devenue simple ; elle concerne l'élimination des batteries et la provenance de l'énergie nécessaire aux véhicules. Néanmoins, Eva en est certaine : « L'électromobilité est là pour durer ». Elle était déjà arrivée à cette conclusion en 2005 en rédigeant son mémoire de licence en science environnementale, qu'elle a complété par la suite avec une thèse de maîtrise et de doctorat en ingénierie mécanique.

+ Lire la suite

« L'e-mobilité, ce n'est pas l'avenir mais le présent, et elle est là pour durer », affirme Eva Håkansson.

« Les véhicules électriques sont imbattables en termes de technologie : ils sont extrêmement efficaces, silencieux, sans émissions de CO₂ et ne dépendent pas d'une seule source d'énergie. Peu importe pour ces véhicules, et pour les consommateurs, que l'électricité soit générée à partir de l'énergie solaire ou de l'énergie hydraulique. Leur fonctionnement n'est donc pas affecté par le changement ». C'est pourquoi Eva intervient dans les tables rondes devant des publics experts et non experts. Le développement progresse à un rythme effréné, et Eva est au cœur de l'action. Elle pense que le moment le plus important dans l'évolution de l'électromobilité est imminent – et elle veut y jouer un rôle actif. « Nous avons une seule planète. Ma conviction morale profonde est que nous prenons les bonnes décisions actuellement ».

+ Lire la suite
D'autres histoires susceptibles de t’intéresser.